Qu

Qu'est-ce que le polyméthacrylate de méthyle ?

Shakespeare a dit : « Ce que nous appelons rose, sous un autre nom, sentirait aussi bon. » Et ces mots peuvent tout à fait s’appliquer au polyméthacrylate de méthyle : quel que soit son nom, il reste le même plastique. Le polyméthacrylate de méthyle est connu sous différents noms commerciaux, tels que Perspex, Plexiglas et Altuglas. L’abréviation PMMA est également largement utilisée, mais elle est généralement appelée Acrylate dans le commerce. Dans ce blog, nous vous en dirons plus sur ce plastique très populaire !

L’acrylate est un thermoplastique, ce qui signifie que ce matériau se ramollit lorsqu’il est chauffé. Cela permet de modéliser l’acrylique sous les formes les plus diverses. L’acrylique est souvent utilisé en remplacement du verre car il offre de nombreux avantages par rapport à ce dernier. Tout d’abord, ce matériau est beaucoup plus léger : comptez en moyenne un poids deux fois inférieur à celui du verre. De plus, le plexiglass est beaucoup plus résistant aux chocs, pas moins de 30 fois plus que le verre. Autre avantage : si l’acrylique se brise malgré tout, il n’explosera pas mais une simple rupture du matériau sera provoquée. Mais la liste de ses qualités ne s’arrête pas là : le plexiglass laisse passer plus de lumière que le verre, sa transmission lumineuse étant de 90%. Même si vous choisissez une épaisseur de feuille importante, vous n’aurez aucun problème de luminosité, comme ça pourrait être le cas avec le verre. Vous comprenez maintenant pourquoi il est régulièrement choisi comme matériau de base !

Polyméthacrylate de méthyle – presque centenaire

La production de polyméthacrylate de méthyle a commencé dans les années 1930. Ce matériau a été commercialisé pour la première fois en 1936, par l’entreprise américaine Rohm and Haas. Les matières de base qui le composent sont l’acide sulfurique, l’acide cyanhydrique, le méthanol et l’acétone. Si prises de manière séparée, ces matières ne semblent pas des plus sûres, le produit final est totalement inoffensif. Sachez pour autant que le polyméthacrylate de méthyle est inflammable. Il a cependant l’avantage de ne pas dégager de substance nocive lorsqu’il brûle, puisqu’il formera uniquement du dioxyde de carbone et l’eau !

Le polyméthacrylate de méthyle présente également quelques inconvénients à prendre en compte lors de l’achat. Nous avons déjà mentionné le fait que le matériau se déforme en cas de températures élevées. Il n’est donc pas résistant à la chaleur et ne peut pas être utilisé dans la fabrication d’objets liés à la sécurité, comme le vitrage des véhicules de transport de passagers.
Mais en raison de son poids, de sa résistance et de son prix relativement bas, le plexiglass est souvent utilisé pour le vitrage de grandes surfaces, comme les vitrines et les murs antibruit. Son côté extrêmement résistant lui permet même d’être utilisé dans les très grands aquariums et bassins des zoos. Si du verre ordinaire était utilisé, la transparence serait trop faible et le verre deviendrait beaucoup trop lourd. Ce qui n’est, une fois de plus, pas le cas avec l’acrylique !

Faites attention lors de l’achat

Il existe deux types de polyméthacrylate de méthyle disponibles sur le marché : la plaque acrylique coulée (GS) et extrudée (XT). La version coulée est coulée dans une plaque plate après le processus de production. La version extrudée est réalisée selon un processus à plus faible coût. Elle permet d’obtenir une feuille moins chère, mais également moins solide. L’inconvénient est que ce type de plaque peut se casser plus facilement, lorsque vous le travaillez mais aussi a posteriori. De plus, ce « plexiglass économique » n’est pas toujours résistant aux UV, critère important à prendre en compte quand le matériau est utilisé comme vitrage.